CATHERINE WILKENING - SCULPTEUR

Parallèlement à une carrière de comédienne (de multiples films cinéma et télé), il y a 20 ans, Catherine Wilkening éprouve la nécessité de mettre les mains dans la matière organique. La terre lui ‘sauve’ la vie. Elle la renifle, la malaxe, met les doigts dedans, la caresse des heures, la froisse, la brise, la griffe jusqu’à ce que la forme jaillisse…Sollicitée pour exposer, pendant plus de dix ans elle refuse de montrer son travail, refuse le regard de quiconque sur ses guerrières, sur ses monstres, sur ses bébés qu’elle chérit. Elle revendique cet art comme son expression libre, la protège du jugement, de la critique aisée. Elle prend le temps d’apprendre à se moquer du regard de l’autre. C’est son luxe. II y a 7 ans, l’envie d’accéder à davantage de douceur dans ses œuvres l’attire et elle décide de se confronter au blanc, à la pureté du blanc et à l’extrême finesse de la porcelaine. La magie opère. Son apaisement ne passera plus par la violence, mais par la quiétude.